Vous désirez vous inscrire sur le forum ?
Victime de son référencement efficace et de sa bonne visibilité, le site Maman Blues a subi plusieurs attaques pirates et notamment des tentatives d'invasion du forum. Donc pour l'instant, les demandes d'inscriptions se feront par mail adressé directement à forum@maman-blues.fr. Pensez dans votre message à nous donner le pseudo désiré. Nous effectuerons votre enregistrement et vous recevrez un mail vous confirmant votre inscription et l'attribution d'un mot de passe automatique.

Vous êtes sur la discussion "C'est l'histoire d'une petite fille..."

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Messagepar weshallovercome » 12 Oct 2017, 13:03

Tourner le dos à ce qu'on veut quitter, c'est déjà se mettre en route vers sa destination :)
"une maman qui te ressemblerait" William Sheller
weshallovercome
 
Messages: 14765
Enregistré le: 10 Jan 2010, 23:24

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Messagepar Santonella » 14 Oct 2017, 17:46

ritalea a écrit:Santonella, merci de prendre le temps de continuer de me répondre. Ton soutien m'aide énormément. Effectivement tes clés ne sont pas forcément les miennes mais ça n'a pas d'importance, ton non jugement, ta douceur me font tellement de bien du genre "ah donc je peux ressentir ça, penser ça, avoir besoin de ça sans pour autant être une mauvaise mère, être incapable de l'être ou de le devenir". Pour cela merci :coeur:

Oui tu peux ressentir tout ça. Merci pour ces mots :coeur:

ritalea a écrit: Elle est drôle, coquine, malicieuse, très intelligente, sensible, elle parle très bien pour son âge et capte tout. Pour moi elle est hyper vigilante car inquiète et insécurisée donc elle pose tjr des milliers de questions à la seconde et a du mal à se poser.

Pour toi elle est hypervigilente, mais n'est-elle pas curieuse tout simplement? Elle à l'air extra cette petite et doit adorer apprendre plein de choses. C'est super qu'elle est un lien fort avec sa nounou. C'était le cas aussi pour mon fils, cela m'a beaucoup rassuré quand j'étais mal. Je le savais dans un endroit protégé. C'était très important pour moi.

ritalea a écrit: C'est à dire où je peux la regarder et voir un peu de moi et un peu de mon mari. Où je peux la regarder et avoir envie de lui transmettre des choses, de la protéger, de partager pleins de choses. J'y arrive pas.

Tu aimerais avoir pleine conscience de tes émotions, avoir le contrôle sur ce que tu ressens pour elle. Tu as tes propres représentations de ce que doit être une mère, et je trouve que tu places la barre très haut, sans doute aussi haute que ta mère avait du la placer pour elle-même. Une mère c'est pour moi avant tout quelqu'un qui EST LA, ni plus ni moins. D'abord physiquement, puis psychiquement petit à petit. C'est ce qui s'est passé pour moi. Personnellement, je ne me vois pas quand je regarde mon fils, je le vois LUI, différent de moi. Oui, c'est vrai j'ai envie (pas toujours loin de là ) de partager des choses avec lui mais le plus souvent des cas c'est lui qui me donne, c'est lui qui a envie, c'est lui qui m'alerte, c'est lui qui a besoin. Je SUIS LA pour le guider, transmettre au bon moment quand il EST LA avec moi. Je suis une mère qui n'aime pas jouer, courir, sauter, écouter pendant des heures, je suis une mère qui observe, qui regarde, qui rattrape, récupère, sécurise quand il le faut. Je suis certaine que tu es aussi LA pour ta fille, à ta manière, tu es en train de devenir mère, tu seras une mère comme il y en a pas d'autres, tu seras LA MERE de ta fille à TA manière. Ce sont nos enfants qui nous font mères, c'est ce que je crois. Fais confiance à ta puce, laisse la faire, venir vers toi, laisse la te guider elle aussi à sa manière.

ritalea a écrit:Car quand il faut y "retourner" c'est tellement dur.
Je sais, tu es très courageuse :coeur:

ritalea a écrit:Tandis que moi je protège ma fille en attendant d'être sincèrement dans le présent et disponible avec le coeur.
Ces mots me font monter les larmes aux yeux, tu as tout compris, tu es sur le chemin. Bientôt tu seras disponible avec le coeur comme moi je le suis aujourd'hui avec mon fils. J'ai attendu longtemps mais c'est venu. Cela viendra pour toi, j'en suis certaine.

Pensées :coeur:
Modifié en dernier par Santonella le 14 Oct 2017, 18:01, modifié 2 fois.
Enfin libre d'être mère.
Santonella
 
Messages: 107
Enregistré le: 22 Juil 2013, 12:02

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Messagepar Santonella » 14 Oct 2017, 17:53

weshallovercome a écrit:Tourner le dos à ce qu'on veut quitter, c'est déjà se mettre en route vers sa destination :)


Cela résonne en moi, Wesh, si tu savais à quel point. Merci pour tes mots toujours riches de sens :coeur:
Enfin libre d'être mère.
Santonella
 
Messages: 107
Enregistré le: 22 Juil 2013, 12:02

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Messagepar weshallovercome » 16 Oct 2017, 12:08

Merci pour tes mots toujours riches de sens :coeur:

On en a autant à ton service Santonella :amen: merci d'aller aussi loin dans le partage tourné vers l'entraide :merci:
"une maman qui te ressemblerait" William Sheller
weshallovercome
 
Messages: 14765
Enregistré le: 10 Jan 2010, 23:24

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Messagepar ritalea » 20 Oct 2017, 10:59

Gros coup de mou.

Donner la vie c'est pour moi, je le ressens ainsi, comme prendre la direction de l'âge adulte, de se sentir bien dans ses basket d'adulte c'est à dire dans le présent, ancré, en paix. Je suis OK avec le fait que mon enfance est terminée et surtout je n'en attends plus rien et je me sens prête et j'ai le désir de donner la vie, me consacrer à un petit être pour qu'il grandisse à son tour et partager ensemble les expériences de la vie, le guider au mieux dans son chemin. Mais c'est donc aussi être OK avec otre histoire vécue, avec l'idée que nous changeons de place, que nous ne sommes plus cet enfant. Or moi, je suis dans une vie de maman avec un coeur de petite fille. Une petite fille qui aimerait prendre la direction inverse que celle d'une maman: c'est à dire qui a envie d'être bercée, consolée, guidée, rassurée. Que l'on prenne soin d'elle, qui ne peut penser qu'a elle, qui peut se reposer sur l'autre. En gros pour le moment j'ai l'impression que ce que je donne a ma fille je le voudrais pour moi. Alors je lui en veux d'être là parce qu'elle me le prend, me le vole. Si elle n'était pas là je pourrais continuer, dans cette illusion certes, mais pas dans la souffrance.

C'est donc très dur. Car fournir chaque jours les efforts pour être maman c'est comme mettre complètement en apnée cette petite fille. Sauf qu' a un moment elle étouffe et doit reprendre de l'oxygène, de la place et a ce moment là c'est très compliqué d'être maman.Quelque part, la petite fille en moi a toujours été en apnée dans ses besoins, car j'attendais que ma mère soit enfin prête, en forme pour s'occuper de moi. J'étais OK avec ça, l'attente. J'étais confortable dans cette position, même si effectivement Wesh, je SAIS intellectuellement que je serai passée a coté de ma vie mais quand même. C'était une place confortable d'attente. D'espoir. De besoins.

Là devenir mère c'est me demander de donner a quelqu'un d'autre, de le voir grandir, de lui donner de quoi s'épanouir. Et honnêtement ces dernières semaines, je crois pouvoir dire avoir ressenti les prémices d'un désir très fort de le faire, de me lancer dans cette nouvelle vie, de mettre le passé dans le passé, d'être dans le présent, avec ma fille, me consacrer a cette nouvelle relation. Mais je suis rattrapée par quelque chose. Ca me demande de lâcher, d'abandonner, de renoncer et ça fait mal. J'ai l'image d'un nounours, en tant que maman je ressentirai que je suis prête à donner ce nounours à ma fille et je serai ravie de lui faire plaisir avec ça. Mais Ritalea petite le voudrait ce nounours, j'aimerais qu'on me le donner, j'aimerais pouvoir le garder.

Santonella, c'est magnifique ce que tu écris sur le fait d'ETRE LA, juste là mais TELLEMENT là. Ma mère était méga présente mais jamais là. Je sais pas si tu vois ce que je veux dire. Présente physiquement, matériellement etc mais jamais psychiquement là. Quelle angoisse pour moi, J'avais peur qu'elle parte, je me disais qu'elle voulait etre ailleurs qu'avec nous, et qu'il fallait que je fasse tout pour la retenir. C'est tellement sécure de se dire, de dire à sa fille "je suis là quand tu as besoin si tu as besoin mais tu peux vivre ta vie". Je n'ai tellement pas connu ça. Je ne me fais pas confiance ou disons que la petite fille en moi est tellement effrayée que la maman répète les mêmes erreurs que ma mère. :(
ritalea
 
Messages: 175
Enregistré le: 20 Avr 2016, 15:43

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Messagepar hirondelle » 20 Oct 2017, 23:06

ritalea a écrit:Je ne me fais pas confiance ou disons que la petite fille en moi est tellement effrayée que la maman répète les mêmes erreurs que ma mère.

Et pourtant, tu as tellement grandi depuis que je ne t'avais pas lu...
Tu as fait beaucoup de progrès: tu es sur le bon chemin!!! Bien sûr, rien n'est linéaire et sur ta route il faut prendre les virages mais tu es sur la bonne voie.
Se faire confiance est un long parcours et les doutes reviennent souvent au galop mais n'oublie pas d'où tu viens... Même si c'est compliqué, tu as identifié beaucoup d'éléments...
Etre consciente de la relation difficile avec ta mère et ne pas vouloir répéter, c'est déjà 50% du travail accompli...
hirondelle
 
Messages: 4943
Enregistré le: 05 Fév 2014, 23:55

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Messagepar Santonella » 31 Oct 2017, 10:53

ritalea a écrit:Je suis OK avec le fait que mon enfance est terminée et surtout je n'en attends plus rien (...) Une petite fille qui aimerait prendre la direction inverse que celle d'une maman: c'est à dire qui a envie d'être bercée, consolée, guidée, rassurée. Que l'on prenne soin d'elle, qui ne peut penser qu'a elle, qui peut se reposer sur l'autre.

Tu n'es pas encore totalement en paix avec ton enfance même si tu as le sentiment de ne plus rien en attendre. Tu le dis bien, ton cœur de petite fille a toujours besoin de ce réconfort. Il faudra du temps pour le consoler, pour qu'enfin il s'apaise et puisse laisser naître en toute liberté ton coeur de femme et de maman, écrasé par moments par tes besoins de petite fille. Je sais que c'est long, que ton esprit se sent prêt mais ces émotions ne se commandent pas. Sois douce avec cette petite fille, elle a le droit d'être en colère, d'être jalouse.

ritalea a écrit: Là devenir mère c'est me demander de donner a quelqu'un d'autre, de le voir grandir, de lui donner de quoi s'épanouir. Et honnêtement ces dernières semaines, je crois pouvoir dire avoir ressenti les prémices d'un désir très fort de le faire, de me lancer dans cette nouvelle vie, de mettre le passé dans le passé, d'être dans le présent, avec ma fille, me consacrer a cette nouvelle relation. Mais je suis rattrapée par quelque chose. Ca me demande de lâcher, d'abandonner, de renoncer et ça fait mal. J'ai l'image d'un nounours, en tant que maman je ressentirai que je suis prête à donner ce nounours à ma fille et je serai ravie de lui faire plaisir avec ça. Mais Ritalea petite le voudrait ce nounours, j'aimerais qu'on me le donner, j'aimerais pouvoir le garder.

Devenir mère en effet, c'est lâcher-prise, accepter ce que l'on est mais je ne pense pas que cela soit renoncer. C'est sans doute accepter de dire aurevoir en se disant "Et si ce qui m'attendait était encore mieux?" C'est sauter dans le vide avec une énorme peur au ventre. C'est se dire que rien ne se termine pour toujours mais qu'une autre vie encore plus savoureuse peut commencer. Tu a ressentis ces dernières semaines l'espoir qu'enfin tu y étais que toute cette souffrance allait enfin s'en aller et puis tu as été rattrapée par la peur, l'angoisse et le désespoir. Devenir adulte c'est aussi accepter que rien n'est linéaire dans la vie. Toute ma vie je sais que je serai rattraper par des moments de doutes, par cette petite fille en moi qui a peur. Pourquoi? Parce que je la vois parfois à travers mon fils (c'est aussi ca être maman) et que ses inquiétudes d'enfants, son mal-être (parce qu'il aura des moments difficiles lui aussi) me mettront à mal, me feront douter, me feront peur. Mais je saurai me faire aider, tendre la main pour que l'on soit là pour moi. Etre adulte et être mère ce n'est pas être dans la toute-puissance, dans le super-heroisme. Tu ne pourras jamais tout faire seule. Il faudra toujours qu'il y ait quelqu'un pour toi aussi.
Et si tu t'achetais ce nounours?

ritalea a écrit:"Dira à sa fille "Je suis là quand tu as besoin si tu as besoin mais tu peux vivre ta vie"

Je dirai même " Je serai là pour toi toute ma vie. Nous allons continuer de vivre nos vies, tout près l'un de l'autre et viendra un jour où nous nous éloignerons physiquement mais je serai toujours là pour toi". Ma mère était omniprésente mais elle ne s'est jamais autorisée à vivre pour elle. J'ai culpabilisé de ce sacrifice pendant 35 ans, jusqu'à ce que le barrage cède. Je pense qu'être mère c'est accepter aussi de vivre SA vie près de celle de son enfant, et être LA quoiqu'il arrive en effet comme un roseau au milieu du marais qui malgré les vents et les tempêtes, est secoué, courbé mais ne casse pas et est toujours LA (Fable du Roseau et de l'Olivier).

Tu ne fais pas les mêmes erreurs que ta mère, loin de là, sois en convaincue :coeur:
Enfin libre d'être mère.
Santonella
 
Messages: 107
Enregistré le: 22 Juil 2013, 12:02

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Messagepar ritalea » 10 Nov 2017, 13:27

Santonella a écrit:Tu n'es pas encore totalement en paix avec ton enfance même si tu as le sentiment de ne plus rien en attendre. Tu le dis bien, ton cœur de petite fille a toujours besoin de ce réconfort. Il faudra du temps pour le consoler, pour qu'enfin il s'apaise et puisse laisser naître en toute liberté ton coeur de femme et de maman, écrasé par moments par tes besoins de petite fille. Je sais que c'est long, que ton esprit se sent prêt mais ces émotions ne se commandent pas. Sois douce avec cette petite fille, elle a le droit d'être en colère, d'être jalouse.


Tu as tellement raison Santonella. Je le réalise ces derniers jours. La semaine dernière j'étais en congé, toute la semaine seule avec ma fille: l'angoisse totale pour moi. J'avais prévu des activités ou sorties, une le matin et une l'après-midi pour éviter d'être en tête a tête a la maison. Ça s'est bien passé. Bien passé dans le sens où ma fille et moi ça s'est bien passé, on s'est bien "entendu", ça me fait bizarre de l'écrire comme ça mais c'était ça quand même. J'ai eu l'impression que mon fonctionnement, ma façon d'être lui convenait, qu'elle appréciait. On a passé de bons moments extérieurement parlant: on a rit, on a partagé des moments agréables ensemble. Mais finalement au fond, cela n'a pas d'importance car à mes yeux l'importance n'est pas là, je suis toujours en train de regarder ma mère, mon importance est là. C'est de ça dont j'ai besoin. C'est la petite fille en moi qui a ce besoin et ma fille ne pourra jamais le combler ce besoin là. Elle me donnera d'autres choses qui viendront toucher d'autres endroits du coeur mais pas celui dont j'ai besoin. Et je sais que c'est cruel ce que je vais écrire mais du coup je n'en vois pas l’intérêt, l’intérêt de continuer a essayer d'être mère. Parce que ça viendra pas remplir ce que j'attends.

Au cours de cette semaine je suis venue vérifier si en faisant à ma manière ça tenait, si ma fille aimait, si je pouvais l'être a ma manière. La réponse est oui, enfin je crois. En réalisant que c'était possible j'ai aussi réalisé que finalement c'était pas ça mon problème. Mon problème c'est qu'au fond ce n'est pas de ça dont j'ai envie, devenir mère, avoir des enfants. Là j'ai pu vérifié que c'était possible mais que ce dont j'avais envie moi c'était quelque chose provenant de ma mère, mon intérêt est là, mon besoin est là.

Ma fille je ne l'ai pas désiré pour Moi dans le sens pour devenir mère moi, pour fonder ma propre famille à moi. Je l'ai désiré pour faire ce qu'on attendait de moi dans l'espoir qu'un jour enfin ma mère me regarde, m'aime, s'occupe de moi. J'ai mené ma vie dans ce but là. Faire ce qu'on attendait de moi pour un jour avoir le retour de tout cela, parce que ça allait payer, un jour quand maman n'aura plus de problèmes, quand j'aurais fait tout ce qu'elle attend de moi, elle se retournera et me regardera enfin.

Cette semaine passée avec ma fille, je prends conscience, que quoique je fasse, quelque soit ce que je fais avec ma fille, la manière dont je m'y prends, je n'attirerais jamais l'attention de ma mère. ça ne me donnera pas ce dont moi j'ai envie.

Et ce constat est dur car en plus de renoncer à mes attentes, du coup c'est comme si je ne voyais plus l'intéret d'être maman, je ne sais pas si tu me suis. En gros: "ah ben si ça ça me permet pas d'avoir qq chose de ma mère, alors ça ne m'intéresse pas, parce que mon but à moi c'est que ma mère me voit".

Santonella a écrit:Etre adulte et être mère ce n'est pas être dans la toute-puissance, dans le super-heroisme. Tu ne pourras jamais tout faire seule. Il faudra toujours qu'il y ait quelqu'un pour toi aussi.
Et si tu t'achetais ce nounours?
Je te rejoins parfaitement là dessus. Je me dis que même lorsque la souffrance sera moins omniprésente, je continuerais de voir ma psy avec qui ça se passe très bien parce qu'elle m'offre MON espace, et c'est comme pour moi une "supervision" de ma parentalité, mon garde fou, mon guide, je me sens pas seule dans ma mon role.
Quant au nounours, c'est comme si je n'avais plus le droit d'avoir ses besoins là, de petite fille, maintenant que ma fille est là c'est tout pour ma fille. Mais avec le recul je réalise que c'est surtout ce que ma mère a fait avec nous ça: ne plus écouter ses besoins, ne plus faire parler cette petite fille en elle, parce qu'elle n'a plus sa place et que maintenant c'est tout pour ses enfants.
ritalea
 
Messages: 175
Enregistré le: 20 Avr 2016, 15:43

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Messagepar guérir » 11 Nov 2017, 18:41

Bonjour Ritalea,
Que de chemin parcouru, que de prises de conscience. C'est si précieux de mettre du sens sur ce qui a pu guider nos choix de vie. Pour pouvoir se libérer de chaînes, d'injonctions. :super:
Ne pas se perdre de vue, ne pas perdre de vue ce qui nous nourrit pour être en vie. Cette nourriture est différente pour chacune. ;)
guérir
 
Messages: 4474
Enregistré le: 04 Fév 2010, 19:29

Re: C'est l'histoire d'une petite fille...

Messagepar Santonella » 21 Nov 2017, 12:00

ritalea a écrit:Ça s'est bien passé. Bien passé dans le sens où ma fille et moi ça s'est bien passé, on s'est bien "entendu", ça me fait bizarre de l'écrire comme ça mais c'était ça quand même. J'ai eu l'impression que mon fonctionnement, ma façon d'être lui convenait, qu'elle appréciait. On a passé de bons moments extérieurement parlant: on a rit, on a partagé des moments agréables ensemble. Mais finalement au fond, cela n'a pas d'importance car à mes yeux l'importance n'est pas là, je suis toujours en train de regarder ma mère, mon importance est là.

Vous vous apprivoisez l'un l'autre, rien ne te semble fluide, naturel mais les choses se font et c'est tout ce qu'en retiendra ta fille. J'ai eu pour ma part le même sentiment. Je parle même d'une adoption avec mon fils qui était un étranger pour moi. Je refusais de le laisser entrer dans ma vie tant cela m'effrayait. Mon esprit petit à petit s'est laisser aller à cet apprivoisement que tu décris "on s'est bien entendu". Nous avons fait connaissance. J'ai appris à le connaître, à me dire qu'il était finalement cool ce petit bonhomme. Plus tard, j'ai accepter qu'il soit mien, j'ai apprécié les "mamans", plus tard...Les liens se tissent en douceur, mais ils se tissent entre toi et ta fille, c'est beau, et cela a de l'importance pour ton coeur de maman en train de naître, d'éclore tout doucement.

Tu regardes ta mère mais tu n'es plus tournée toute entière vers elle. Petit à petit, tu fais ce deuil. Je le lis sur tes autres posts. C'est énorme le chemin que tu as parcouru. Tu es très lucide sur ton cheminement, c'est une force, une ressource dont tu peux être fière.

ritalea a écrit:Et je sais que c'est cruel ce que je vais écrire mais du coup je n'en vois pas l’intérêt, l’intérêt de continuer a essayer d'être mère. Parce que ça viendra pas remplir ce que j'attends.

Non ce n'est pas cruel. Tu continues d'essayer d'être mère pour ta fille. C'est pour elle que tu fais tout ça. C'est aussi pour elle que tu te bats. Tu ne le vois pas pour le moment, disons que tu ne le VIS pas mais tu es déjà une belle maman. J'ai les larmes aux yeux en écrivant ces mots. J'aurai pu écrire la même chose que toi, il y a plusieurs années. Quel intérêt après tout? En avoir-marre, l'envie de ne penser qu'à soi. L'envie d'être au centre des intérêts de tous. L'envie de s'échapper aussi. C'est mon fils qui m'a pris la main comme ta fille qui aime tant être avec sa maman.

ritalea a écrit:Au cours de cette semaine je suis venue vérifier si en faisant à ma manière ça tenait, si ma fille aimait, si je pouvais l'être a ma manière. La réponse est oui, enfin je crois. .
Bravo! La petite fille en toi est en train de grandir, elle change de place, bientôt elle égalera sa mère.

ritalea a écrit:Ma fille je ne l'ai pas désiré pour Moi dans le sens pour devenir mère moi, pour fonder ma propre famille à moi. Je l'ai désiré pour faire ce qu'on attendait de moi dans l'espoir qu'un jour enfin ma mère me regarde, m'aime, s'occupe de moi. J'ai mené ma vie dans ce but là. Faire ce qu'on attendait de moi pour un jour avoir le retour de tout cela, parce que ça allait payer, un jour quand maman n'aura plus de problèmes, quand j'aurais fait tout ce qu'elle attend de moi, elle se retournera et me regardera enfin.
Je crois que nous avons tous des raisons inconscientes de devenir parents. Je ne sais plus à vrai dire pourquoi ce désir était si fort chez moi. Je crois que je voulais pour ma part être comme ma mère, lui prouver aussi que je pouvais être aussi GRANDE qu'elle dans ce domaine. Wahou! Quelle désillusion. Elle avait placé la barre si haute. Peu importe la source de nos désirs, l'être humain est doué de capacités d'adaptation insoupçonnées. Rien ne va de soi, rien n'est donné, tout se construit.

ritalea a écrit:En gros: "ah ben si ça ça me permet pas d'avoir qq chose de ma mère, alors ça ne m'intéresse pas, parce que mon but à moi c'est que ma mère me voit".

Bientôt cela ne sera plus le cas. As-tu échangé avec ta mère sur la petite fille que tu étais? Et sur la maman que tu es aujourd'hui? Est-elle plutôt bienveillante? Effacée? Quelle est son attitude?

ritalea a écrit:Quant au nounours, c'est comme si je n'avais plus le droit d'avoir ses besoins là, de petite fille, maintenant que ma fille est là c'est tout pour ma fille. Mais avec le recul je réalise que c'est surtout ce que ma mère a fait avec nous ça: ne plus écouter ses besoins, ne plus faire parler cette petite fille en elle, parce qu'elle n'a plus sa place et que maintenant c'est tout pour ses enfants.

Le petite fille en toi ne mourra jamais. Parfois, elle exultera, elle explosera. Parfois, elle réapparaîtra dans tes attitudes, tes émotions. Aujourd'hui, il m'arrive d'être une petite fille, quand je danse sur une musique, quand je raconte des blagues, quand je me chamaille avec ma soeur. Parfois, cette petite fille a peur mais j'essaie de la rassurer. Je demande à mon homme, à ma psy. de la rassurer, de lui dire les mots qu'elle veut entendre. Elle ne guide plus mes actions mais elle est toujours là. Tu as le droit de t'acheter ce nounours si cela te fait plaisir. On s'en fout non?!
Mon fils est un fana de Lego. Il joue beaucoup avec son papa. Et bien moi, je me suis achetée des Legos Friends (mon fils déteste le rose ::d ) j'en avais trop envie. Quel bonheur de petite fille!!

Tu es sur la bonne voie.
Bisous :coeur: :coeur:
Enfin libre d'être mère.
Santonella
 
Messages: 107
Enregistré le: 22 Juil 2013, 12:02

PrécédenteSuivante

Retourner vers QUAND LA DIFFICULTE EST PASSEE ...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité