Maman Blues a 10 ans !

La difficulté maternelle

"L'enfant à qui on donne la vie, est un étranger. Irrémédiablement un étranger. Rien ne se passe à l'accouchement, rien ne se passe après. Le lien ne se crée pas, ne se noue pas ! Vous regardez votre enfant, vous vous en occupez, vous pouvez l'allaiter même et pourtant... Rien. Le vide, le néant entre vous, un gouffre sans fond qui vous sépare et vous aspire. Et souvent dans ce rien viennent se nicher beaucoup de douleurs et de culpabilités, de violences refoulées ou émergeantes, de rancoeurs, d'incompréhensions et de tristesse... Et l'on enveloppe alors son enfant dans sa nostalgie, dans la grisaille de ses sentiments" (Blandine)

Le sens de la difficulté maternelle


L'expression "difficulté maternelle" recouvre l'ensemble des manifestations émotionnelles, psychiques et somatiques qui surgissent pendant une grossesse ou après une naissance et dont les effets et/ou conséquences seront perceptibles tant chez la mère que chez l'enfant *.
Ces émergences (soudaines ou insidieuses et de nature non prédictible à la lumière actuelle de nos connaissances) peuvent se cristalliser en troubles psychologiques et/ou physiques nécessitant un suivi approprié.

(* lorsque les effets constatés grâce à une observation spécifique découlent de cette difficulté)


Ce terme relativement imprécis et n'appartenant à aucune nosographie médicale, nous apparaît cependant comme étant le plus respectueux, de notre histoire, de nos éprouvés maternels et surtout de notre identité. Il désigne sans en préciser et figer les contours , cet empêchement plus ou moins puissant à se sentir mère, à vivre sereinement sa grossesse ou sa maternité et à entrer en relation vraie avec son enfant.
Il n'y a donc pas de définition unique et exhaustive de la difficulté maternelle : elle peut prendre le visage de chaque histoire personnelle, exister sous des formes cliniques diverses, elles-mêmes se présentant à travers des expressions individuelles, familiales, souvent sur plusieurs générations. Il faut se garder de croire qu'elle se présente systématiquement sous forme de dépression ou de rejet de son enfant.
C'est d'abord un état émotionnel qui nous mène au coeur de l'intime des mères, au coeur de la maternité humaine et de l'inconscient et ses manifestations peuvent être aussi complexes que diverses.

L'expression "difficulté maternelle" ne fait d'ailleurs que désigner le ou les troubles constatés sans préciser ce qui peut les provoquer. Elle enveloppe tout un état de difficultés psychiques consécutif à l'évènement maternité sans être de nature étiologique. Cette expression plutôt vague, peine à éclairer la nature de ce qu'elle recouvre, comme si à la paralysie des affects et des comportements maternels constatés, se superposait en retour chez celui qui en est témoin une paralysie de la réflexion et de la parole : « Comme si "le langage n'avait pas encore intégré ce qui se joue chez la femme dans le fait d'être ou de ne pas pouvoir être mère" Jean-Marie Delassus.

Ne pas ressentir toute l'émotion, l'élan ou l'ébranlement intérieur à quoi on s'attend et par quoi on se sent intimement mère est vécu comme un véritable préjudice.

La difficulté maternelle vient révéler l'écart entre la maternité vécue et la conception que l'on en a. Elle souligne cruellement le contraste entre ce qu'une mère attend de sa grossesse* et de la naissance de son enfant et de ce que ces évènements réveillent en elle. Ces moments sont souvent fortement investis de ce qu'elle y met d'idéalisations, d'exigences, et de volonté de rattraper et réparer.

* c'est le cas notamment de très jeunes mamans ayant été maltraitées par la vie et qui abordent le temps de leur grossesse dans l'attente très vive que cet évènement puisse effacer tout de leur passé ; la perspective d'avoir un enfant devenant alors une possibilité pour elles de réparer et de se réparer ; ce peut être aussi le cas de grossesses dites "tardives" et très désirées.


La désillusion et la déception peuvent être alors au rendez vous, si fulgurantes et culpabilisantes, qu'elle mèneront parfois jusqu'à la folie ou du moins à quelque chose de cette ordre.

La difficulté maternelle s'exprime rarement ouvertement.
Elle est ressentie comme une grande faute morale que l'on n'avoue à personne et difficilement à soi.
De même qu'elle peut se cacher derrière des comportements formels de maternage, derrière une efficacité de "surface" dans les soins et l'attention donnés au bébé ou sous de grandes et "bruyantes" démonstrations d'affection et de bonheur : Ces "distorsions" qui n'ont pour but que de parer l'effondrement imminent, sont au prix de grandes souffrances morales. Les mères hésitent à s'attribuer la réalité de ce qu'elles éprouvent et réprouvent. C'est une asphyxie permanente dont elles s'évertuent à réprimer les suffocations. Seront tour à tour avancés pour expliquer leurs difficultés et gêne : la fatigue, les conditions d'accouchement (parfois à juste titre dans les facteurs de risque), le caractère du bébé...

Pourtant c'est bien la question du bébé (celui que nous avons mis au monde ou celui que nous avons été) qui est bien souvent au centre, le CENTRE de la difficulté maternelle. On touche du doigt, dans ces moments de vacillement et d'effraction de soi, la vérité du développement humain, ce qui en fait toute la spéciation : ce fond humain universel et pourtant méconnu qui nous structure tous, et dont le bébé en naissant en est le représentant direct, le plus "pur". Et ne pas pouvoir pressentir le "fond de son bébé" comme étant un retour vers le fond de soi-même, ne pas pouvoir l'accueillir comme tel, peut déboucher sur un sentiment d'anéantissement / de déchéance total.

La maternité renvoie ainsi les mères à un état primaire où leur bébé peut devenir "le théâtre des manques et des peurs de leur propre enfance" (Véronique Boureau Louvet). Elles sont prises alors dans des états de confusion et de perturbation considérables où la grossesse et surtout la naissance menacent à chaque instant de faire remonter avec violence leur propre détresse natale d'alors, leurs propres états de dépendance avec leur mère. L'enfant devient malgré lui le "persécuteur" : celui qui, de par sa présence vulnérable, ses cris et ses pleurs, et sa demande insatiable, va venir réveiller chez sa mère des expériences archaïques et traumatiques d'abandon, de négligence et de solitude.
Lorsque avoir donné naissance physiquement à un enfant ne s'accompagne pas très vite d'un élan venant du plus profond de soi, lorsque s'occuper de son bébé revient comme à s'occuper d'un simple nourrisson, un "étranger", lorsque celui-ci est "un blanc" sur lequel rien de sa propre histoire et de ses attentes ne vient s'imprimer, cela revient à s'occuper de l'envers / l'enfer de la vie.
La mère ne voit plus alors dans sa maternité, qu'une succession de tâches répétitives à accomplir, complètement dénuées de sens et d'utilité si ce n'est celle d'assurer la survie physique du bébé. Et à défaut de se sentir intimement maternelle et confirmée dans sa maternité, elle s'absorbera en d'incessantes occupations - les conduites d'hyper activité - ou s'obligera à un maternage épuisant et irréprochable qui ne devra jamais venir révéler / trahir sa déception, ses défaillances et ce manque d'élan.
De même que certains comportements d'évitement (toujours inconscients ou pré-conscients) se mettront en place afin de maintenir une distance physique / psychique entre elle et son bébé : évitement de son regard lors de l'allaitement, nombreux vêtements qu'elle entassera sur elle pour éviter le peau à peau, le corps à corps, jouets qui seront achetés à profusion pour ne pas à avoir à entrer en relation avec lui de façon directe, sein ou biberon donné de manière à ce qu'ils ne soient qu'un allaitement biologique (uniquement pour nourrir l'enfant) et non un moment d'ouverture et de rencontre à l'autre.

Tout sera mis en oeuvre pour "démissionner" et s'écarter de son enfant afin de le préserver de sa propre incapacité - réelle ou supposée - mais toujours considérée comme potentiellement dangereuse.
Au niveau de la difficulté maternelle tout sentiment ambivalent ne peut se dire ouvertement, ne peut s'avouer tant est grande la craindre de s'effondrer après une telle révélation, et il y a danger à s'effondrer en dehors d'un cadre hautement contenant et spécialisé.
La difficulté maternelle ne sera pas l'envie de "jeter son enfant par la fenêtre", expression imagée à laquelle on a recours parfois dans certains moments de fatigue et d'exaspération, mais plutôt l'envie de se passer soi-même par la fenêtre, de se jeter dans le vide existentiel de sa vie, dans le gouffre ouvert par cette naissance.

La difficulté maternelle est une épreuve narcissique au quotidien : Le "ratage" de sa maternité, qu'il se situe au niveau de sa relation avec l'enfant, du vécu de l'accouchement ou de la mise en place et réussite de l'allaitement au sein, va venir réactiver des échecs et des peurs jusque là profondément enfouis, et laisser la place à un sentiment de culpabilité et de faute impardonnable.
Certains repères vitaux disparaîtront progressivement, générant chez les mères des sentiments d'errance, de déchéance et de "décrochage" : la notion de temps sera tour à tour inexistante, incontrôlable ou figée, l'espoir s'écoulera quotidiennement sous forme d'hémorragie, de même que l'envie et les possibilités de rencontres constructives et salvatrices avec l'autre, un sentiment "d'horizon inexistant, comme barré "...
La difficulté maternelle est un état de confusion et "d'engloutissement" qui vous broie et vous dissout en permanence comme si vous ne faisiez plus qu'un avec elle.

Longtemps ces états de maternité pour le moins "dérangeants" furent jugés en fonction de critères et concepts moraux et sociétaux : bonne et mauvaise mère, mère modèle ou dénaturée, défaut d'instinct, immaturité..., limitant de ce fait la maternité humaine à la reproduction biologique de son espèce et le comportement maternel au respect de certaines règles.
Puis ils furent répertoriés sous des pathologies psychiatriques bien définies : post-partum blues, dépression, psychose puerpérale, la maternité étant considérée un temps où pouvaient émerger des névroses sous-jacentes et le lien mère enfant comme le résultat d'une programmation génétique.

Ces différentes approches ou conceptions de la maternité et difficulté maternelle semblent éviter ou recouvrir leur nature plutôt que la préciser... Elles ne rendent compte que partiellement, du fait que la maternité humaine se fonde sur une structure psychique de base commune à toutes les femmes et qui peut selon l'histoire personnelle de chacune se trouver modifiée, remaniée ou parasitée dans son déroulement. En fait la maternité humaine est spécifique de notre espèce et de son évolution et ne partage que certains points avec celle des mammifères.

Les troubles émotionnels de la maternité ne devraient pas être pris pour une simple crise d'identité à l'instar de ce qui se passe pendant l'adolescence ; mais considérés comme la manifestation sensible d'un véritable remaniement identitaire : ce que précise d'ailleurs Daniel Stern dés l'introduction de son livre : la naissance d'une mère *:

* "Ce livre traite de l'expérience intérieure qui consiste à devenir mère. En un sens, une mère doit naître psychologiquement tout autant que son bébé naît physiquement. Ce qu'une femme met au monde dans son esprit, ce n'est pas un nouvel individu, mais une nouvelle identité : le sentiment d'être mère"


Il est également regrettable d'attribuer ces difficultés à une immaturité ou à un défaut de préparation psychologique de la future maman : comment avoir recours à ce genre d'explication pour les femmes qui ne vacillent qu'à la seconde ou troisième naissance ? Ont-elles traversé leurs précédentes maternités sans en avoir été affectée d'une manière ou d'une autre ?
La difficulté maternelle va même au-delà d'un déficit son histoire personnelle, ou de la participation / intrusion d'évènements extérieurs, tout comme elle n'a rien à voir non plus avec une quelconque "personnalité" ou "fragilité de caractère", elle en est totalement désolidarisée.

La difficulté maternelle, son origine, nous mènent à l'inconscient de la personne. Il y a un inconscient de la maternité *, une construction psychique qui n'est pas mue par un quelconque instinct ou programme génétique.

(* Se référer pour de plus amples détails, aux ouvrages du docteur jean marie Delassus et de Daniel Stern : « Devenir mère », « Le sens de la maternité » et « Naissance d'une mère »)

Toutes les difficultés maternelles ne se présentent pas sous les traits d'une dépression.
Il serait simpliste sinon risqué de ne vouloir les identifier que sous ces seuls critères : la dépression avérée d'une maman n'est pas toujours synonyme non plus d'une difficulté maternelle sur un plan clinique : c'est-à-dire pénalisant la relation mère enfant et le développement psychique du bébé.

Comme l'écrit Jean-Marie Delassus dans son ouvrage « Devenir mère »:"Elle a ses canaux secrets pour être mère... Elle a son génie créateur et elle choisit elle-même ses couleurs... Il faut donc être conscient de la dissociation possible entre les comportements avérés de la mère et son efficacité transférentielle. Les premiers ne sont pas nécessairement l'indice de l'autre »
Ces canaux secrets sont la voie invisible et "inavouable" par lesquelles le maternel passe lorsque celui n'est pas acceptable par le Moi de la mère, lorsque donner à son enfant est possible, mais consciemment inadmissible : parce qu'elle ne sent pas suffisamment bonne ou compétente, parce que croyant rivaliser avec sa propre mère et donc la surpasser (la tuer ?). Le don se fait malgré tout, mais au prix d'un écartèlement de soi, d'un sentiment de trahison (par rapport à son père ou sa mère). Et de ces chemins de traverse pris pour devenir mère, seul le bébé peut en rendre compte (notamment à travers l'observation attentive de son développement et de ses temps d'allaitement).

Certaines mamans dont le comportement ou l'état psychologique pourront inquiéter, auront donc des bébés qui vont bien, tout comme la situation inverse - mère non déprimée et bébé en souffrance - se retrouvera dans des cas cliniques : Channi Kumar avait déjà montré que cette difficulté d'attachement, ce manque d'élan et d'émotion autour de son bébé (ce qu'il désignait sous le terme de "bonding" : attachement de la mère à son bébé) ne passait pas toujours par la manifestation d'une dépression.
Des mères pouvaient très bien s'occuper de leur enfant, lui prodiguer même quelques marques d'affection sans vraiment se sentir concernées par leur maternité et qu'elles veillaient scrupuleusement à masquer ce vide émotionnel à leur entourage.

Il faut alors chercher chez le bébé les signes de souffrance et de mal naissance psychique qui atteste que quelque chose ne va pas entre les deux, qu'il y a un noeud dans la relation.

La difficulté maternelle est toujours évolutive et réversible positivement si celle-ci est relevée et prise en compte suffisamment tôt dans le post partum : c'est-à-dire pendant la période sensible -pendant les neuf premiers mois qui suivent la naissance de l'enfant. Tout reste possible et réalisable en raison de la plasticité cérébrale de l'enfant et de l'émotion et l'attente encore palpables et palpitantes chez la mère après un accouchement.
Il faut veiller à intervenir ou consulter le plus tôt possible et ne pas attendre que le quotidien et l'accumulation des échecs et des déceptions viennent se superposer à la première strate de cette difficulté.
On peut toujours patienter et résister en puisant des forces et de l'énergie au plus profond de soi et attendre que ces moments passent d'eux-mêmes, et penser que c'est là en quelque sorte "le prix à payer" pour devenir mère, qu'il ne s'agit que de baby blues...
Certes cette difficulté se résout quelquefois spontanément lorsque quelque chose du bébé (sourire, regard, gazouillement, expression ou ressemblance) appelle la mère comme telle et que celle-ci peut accueillir et répondre à sa demande sans crainte de s'effondrer, de se perdre ou de lui être néfaste.
Mais elle peut aussi se résorber d'elle-même sous un mode négatif : Le bébé va tomber malade ou bien alors sera perçu comme un "mauvais" bébé, un bébé difficile, exigeant peu gratifiant... ou encore la mère rentrera dans un cercle infernal de dépressions et de dévalorisation...

* L'expression est de Rosine Debray, la période sensible s'échelonne de la conception d'un enfant, et de sa naissance jusqu'à ses neuf mois, période pendant laquelle les aménagements défensifs usuels du père et de la mère sont déstabilisés, favorisant des réaménagements psychiques de grande ampleur.

Que se passe-t-il pour qu'une maternité tombe en panne et en peine ?


Une mère met au monde un enfant et au fur et à mesure des jours qui passent ou parfois dès l'accouchement, celle-ci acquiert la certitude ne pas savoir s'y prendre avec lui, de ne pas être suffisamment bonne pour lui... Elle se sent dans l'incapacité de faire cesser ses pleurs, de l'endormir, ne supporte pas ses regards ou s'inquiète de ne pas les trouver et commence à redouter les moments d'intimité avec lui. Elle ne ressent pas ou peu d'élan vis-à-vis de lui ou se sent profondément malheureuse et seule malgré ses sentiments pour lui...

Les temps de nourrissage (tétées ou biberons) sont extrêmement longs et compliqués, ou parfois trop rapides. Ils sont vivement appréhendés par la mère car ils ne lui permettant pas de se réfugier dans l'activité ou des comportements prédéterminés : le temps de l'allaitement suspend l'activité, c'est un temps de face à face où est sollicité sa capacité de don (don dans le sens profond du terme, c'est-à-dire involontaire) et de présence, c'est un temps qui invite à la rêverie, à la rencontre tranquille avec soi-même ou son bébé, c'est un temps de lâcher prise...

C'est un moment où elle ne peut faire "semblant" ou composer avec sa difficulté comme dans le jeu ou le bain. C'est elle-même toute entière qui est convoquée dans ces moments d'échanges.
Les tétées au sein pourront se faire sans véritable plaisir ou du moins sans celui escompté, avec la mince consolation d'être le seul moment où elle se sent utile et indispensable à son enfant. Elles seront l'unique réponse aux besoins affectifs du bébé, le seul moyen de faire face au désarroi et au vide qui l'ont envahie et qui l'assaillent à chaque fois qu'elle doit aller vers son enfant. Quand ces tétées ne seront pas tout simplement très vite stoppées et remplacées par un biberon, haï d'avance car devenu le symbole de son échec, une sorte de un "pis aller" de l'allaitement (sans mauvais jeu de mots).
Le bébé sera ressenti comme un étranger et chacune de ses manifestations (pleurs, cris, regards) seront perçus par sa mère comme autant de reproches et de jugements à son égard. Tout deviendra insurmontable voir intolérable... même le geste de maternage le plus banal : bain, changement de couches, habillage...

Il lui sera difficile de dépasser la réalité pratique et "asservissante" de son enfant, de voir au-delà de son dénuement et de sa totale dépendance vis-à-vis d'elle...
Elle ne se retrouvera, ne se reconnaîtra pas à travers lui :"Celui qu'elle met au monde ne lui porte pas, ne lui apporte pas, en face à face, en chair toute jeune et fragile l'image de ce qu'elle est au plus profond..." Jean-Marie Delassus.
Et si dans un premier temps elle va essayer de contenir ces sentiments de défaillance et d'urgence qui menacent de la déborder, en cherchant des conseils ou des avis extérieurs, en consultant son médecin ou son pédiatre, l'étonnement douloureux laissera la place à la sidération et au découragement...
La peur de faire mal deviendra la peur de faire du mal et la crainte de sa toute puissance sur son enfant la conduira à l'impuissance.
Ainsi de tentatives en échecs, de surprises en dépits, d'attentes en frustrations, une maternité s'emballe, déraille et se bloque dans la plus totale incompréhension et parfois indifférence. Une mère souffrira de ne plus avoir envie d'être mère, d'être incapable de gestes maternels. Elle attendra alors que son bébé prenne de lui-même ce qu'elle ne sait pas donner, ce qu'elle ne se croit pas capable de donner... Le découragement cèdera la place à un sentiment démissionnaire : démission réelle ou psychique.

Et elle glissera si on n'y prête attention, de la désespérance où elle s'obstinait encore à attendre quelque chose qui ne venait pas, au désespoir et au renoncement de sa maternité.

Tout est-il difficulté maternelle ?

"On s'attendait à des moments difficiles on est submergée de souffrance,
On s'attendait à des moments de satisfaction,
On rencontre des vertiges de souffrance...
Epreuve singulière qui fait trembler et parfois pleurer de joie
Et d'autre chose qu'on ne saurait pas dire (Pascale Rosenfelter)


Tous les bouleversements émotionnels et psychiques chez une mère ou future mère ne sont pas imputables à une difficulté maternelle sous-jacente et ne justifient pas un suivi médical, c'est le cas du baby blues par exemple.
L'attente, puis la mise au monde d'un enfant sont des épreuves physiques et psychologiques considérables qui s'accompagnent de bouleversements légitimes.
Du début de la grossesse jusqu'à la naissance d'un enfant, parents et futurs parents sont l'objet de pressions multiples car il y a dans l'évènement maternité comme une obligation morale d'être au rendez-vous de sa parentalité et d'afficher un bonheur sans nuage.

Grâce à la maîtrise de la contraception et de la fécondation, le désir d'enfant et sa conception sont devenus le fruit de décisions conscientes et mûrement réfléchies... du moins en apparence. Comme le souligne la psychologue Pascale Rosenfelter, la part inconsciente du désir doit désormais s'inscrire dans le registre du conscient. Aujourd'hui il n'est plus acceptable ni même concevable de faire naître un enfant non désiré et plus encore de regretter sa venue par la suite s'il a été fortement attendu. Être ou devenir parents c'est d'abord avoir des devoirs vis-à-vis de son enfant (né ou à venir) et des obligations morales vis-à-vis de la société.

Pourtant certaines choses demeurent toujours pouvant expliquer ces tergiversations maternelles et paternelles :

    • La maternité, moment de vie par définition, nécessite également tout un travail de "deuils" à réaliser et ceci dans un laps de temps relativement court au risque sinon de s'enliser dans une difficulté émergente : deuil de son ancien "statut" où de fille de ses parents on doit devenir parent de son enfant, deuil du bébé imaginaire, deuil de sa grossesse, deuil du père que l'on s'attendait à trouver pour son enfant, deuil de l'accouchement selon ses voeux...
  • L'accouchement peut s'accompagner de sentiments de déception, de frustration, d'échec, de rupture ou de coupure irrémédiable... S'il fut long, douloureux, s'il y a eu une césarienne ou des complications imprévues, s'il y a eu comme "un blanc" dans le déroulement de la venue au monde, s'il n'a pas été fidèle à ce que l'on s'en était imaginé, si la maman a eu le sentiment qu'on lui a enlevé des parts de participation à son accouchement (épisiotomie non justifiée, péridurale trop dosée, position à plat dos, touchers vaginaux trop nombreux...). D'où le sentiment parfois d'avoir raté une marche de sa vie ou de s'être fait voler un moment essentiel de sa maternité.


Et puis il y a un temps nécessaire et tout à fait normal d'adaptation au "devenir mère" et de rencontre / d'adoption avec son bébé : ce que le psychanalyste anglais Winnicott désignait sous l'expression de « préoccupation maternelle primaire de la mère" *.

* C'est-à-dire, un état d'hypersensibilité et de "régression inconsciente" où la mère s'identifie profondément à son nouveau-né, en retrouvant à travers lui, le bébé qu'elle fut, la mère qu'elle eut... État de "régression" qui lui permet ainsi de s'ajuster aux multiples besoins tant physiques que psychiques de son enfant.


Il y a un temps légitime où on doit s'accorder ou accorder aux mères, le droit et "l'endroit" de vivre ces bouleversements sans intervenir autrement que pour écouter ou soutenir, sans se précipiter de suite sur la thérapeutique médicamenteuse ou la nosographie psychiatrique...

Nous ne voulons donc pas voir dans chaque larme versée, chaque soupir ou doutes exprimés, un accident de la maternité en préparation.
La difficulté maternelle se juge en fonction de l'intensité et de la durée de ce qu'éprouvent les mères après une naissance et aussi sur un plan clinique en fonction de ce que l'on observera dans le comportement et développement du bébé.

Il importe donc que l'on soit très vigilant dés les toutes premières semaines postnatales et que l'on ne minimise ou banalise aucun signe de déception, de découragement ou de souffrance maternelle. De même qu'il conviendra d'être très attentif, dés le début ,au comportement du bébé, "naissant en devenir".

Comment savoir si ce que l'on vit doit nous amener à consulter au plus vite, puisque ce bouleversement est propre à chacune ?
Y a-t-il quelques symptômes communs, quelques points de repère qu'il convient de reconnaître et de ne pas minimiser ?

Comment rester vigilant sans être alarmiste ?

Elsa Grangier, chroniqueuse aux Maternelles sur France 5, marraine de Maman Blues

NOUVEAU !
Nouvel ouvrage auquel Maman Blues a participé :

Soutenez Maman Blues

Pour rester informé des actions à mener, pour partager nos informations et nous soutenir, adhérez à l'association Maman Blues.

Désormais, vous pouvez régler votre adhésion en ligne et en toute sécurité avec Paypal.

Logo Paypal

Vous pouvez également nous soutenir en vous rendant sur notre profil HelloAsso (lié à MailForGood)

ha-logo

Logo du label 'Droit des usagers de la santé'Label de la Commission sur les Droits des Usagers accordé à notre plaquette d'information sur la difficulté maternelle

 

Regarder, rire, s'émouvoir... Acheter !

Nos partenaires

MagicMaman, partenaire de Maman Blues

 

Allo Parents Bébé, partenaire de Maman Blues

Design et mise en place par ikicrea.com, création de sites web Marne-la-Vallée, 77