Avertissement

Le site web de Maman Blues étant en cours de remaniement, il est possible que certaines pages n'apparaissent pas comme avant. Il ne devrait pas y avoir de dysfonctionnement pendant votre visite mais n'hésitez pas à nous signaler tout problème rencontré, par mail à webmaster@maman-blues.fr.

Depuis quelques années, dans le cadre mensuel des « Mercredis infirmiers », il est proposé à la réflexion un débat clinique ayant déjà eu pour thèmes :
- La dimension ethnopsychiatrique de la pratique infirmière
- Prise en charge pluridisciplinaire des patients anorexiques
- Compte-rendu d’un colloque en Grande-Bretagne sur la schizophrénie...

La fonction de tels colloques est de répondre à plusieurs objectifs :
- Restaurer le témoignage comme fondement nécessaire du débat clinique
- Construire à terme un savoir infirmier qui se doit de répondre à la question de son objet ainsi que de son expression
- Associer le personnel infirmier à un travail de recherche qui n’est encore, sur le plan collectif, qu’à l’état potentiel
- Enrichir, sous notre égide, la pluridisciplinarité, par la confrontation à partir des difficultés particulières que les patients nous obligent à gérer.

Celui du mois de mars a abordé le thème des patientes atteintes des pathologies du post-partum ; il avait été préparé par un groupe de travail de sept personnes (y compris une physiothérapeute, habituée des prises en charge mère-enfant).

Après discussions autour des meilleurs moyens de mettre en valeur cette expérience singulière, qui se caractérise pour les infirmiers, moins par un diagnostic médical que par la présence en division, à côté de la maman, d’un bébé, nous nous sommes accordés pour :
- la présentation de deux vignettes cliniques (l’une en division ouverte, l’autre en division fermée),
- le témoignage de la Physiothérapeute,
- la demande du concours de la Dresse Corboz ; Médecin-Associé au Centre d’Etude de la Famille (CEF) régulièrement consultée quant à la systémique de ces familles en difficulté),
- enfin la présence d’un Modérateur, acceptée par le Dr Bryois, Médecin-Associé du service B.

Quarante collègues (trente femmes et dix hommes) ont suivi les exposés et le débat final. L’intérêt que cela a suscité nous motive pour en transcrire quelques éléments, non dans la répétition, mais plutôt dans une réflexion qui se poursuit autour des moments, des données critiques que pose inévitablement cette double prise en charge dans un temps qui dépasse de beaucoup des échéances moyennes des hospitalisations actuelles.


Pour lire la suite, cliquez pour télécharger le document complet en version pdf