Avertissement

Le site web de Maman Blues étant en cours de remaniement, il est possible que certaines pages n'apparaissent pas comme avant. Il ne devrait pas y avoir de dysfonctionnement pendant votre visite mais n'hésitez pas à nous signaler tout problème rencontré, par mail à webmaster@maman-blues.fr.

 Le nom de Maman Blues© vient du reportage d'Envoyé Spécial, diffusé le 23 octobre 2003 et réalisé par la journaliste Elsa Margout, sur l'unité de Maternologie de Saint-Cyr-l'Ecole.

L'association est née en 2006 de la volonté de plusieurs participantes du forum de discussions et du site, initialement créés en 2004. Sa nécessité s'est précisée tout naturellement au fil des échanges et des rencontres.

Le site essaie régulièrement de se mettre à jour et de vérifier la source de ces informations : en cas d'inexactitudes, d'erreurs ou d'approximations, merci de nous en faire part : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nous accueillons également avec bienveillance et ouverture toutes suggestions ou informations autour de la difficulté maternelle.

 

À l'origine de ce site

Une rencontre d'abord virtuelle (sur un site de discussions) entre deux femmes ayant vécu de manière différente une difficulté maternelle : l'une dans la solitude et le silence, l'autre dans le cadre contenant et adapté d'une unité mère-enfant (la Maternologie de Saint-Cyr-l'Ecole dans les Yvelines).

«  Au fur et à mesure de nos échanges, nous sommes tombées d'accord sur deux choses : il fallait témoigner à voix haute pour sortir du traumatisme des souvenirs. Et ces témoignages pouvaient pallier le manque d'informations et de conseils donnés aux femmes et à leur entourage. Peu de choses existaient à ce niveau, hormis ce qui était diffusé jusqu'à présent par le monde médical. Pas d'association, de groupe de parole ou de forum Internet émanant directement de femmes ayant vécu cette expérience. La difficulté maternelle semble être un sujet qu'une fois dépassé, on désire oublier au plus vite : honte, culpabilisation, peur de ne pas avoir tout vécu encore, crainte de se fragiliser à nouveau en évoquant ces souvenirs... ? Mais au vu des témoignages qui affluent, il semblerait que ce soit un obstacle facile à franchir, dès lors que le mouvement est enclenché. Il existe bien sûr des soins et des lieux de paroles professionnels, mais à l'instar d'autres problèmes de santé publique rien à ce jour n'a encore été fait en France pour que les femmes puissent en parler entre elles, se conseiller, s'informer et se soutenir.
Nous nous sommes donc lancées dans l'aventure et ce site se construit tout doucement autour de ces souhaits. »
Nadège Beauvois Temple & Cécile Desombre