Imprimer

Alors tout a commencé à l'annonce de la grossesse aux urgences. J'y suis allée car j'ai eu des grosses douleurs. Mon stérilet s'était déplacé dans mon col. Donc on m'annonce que je suis enceinte de 10 semaines. Le choc est dur car mon premier avait à peine 12 mois. Et l'accouchement et les premiers mois on été très pénibles.

 

Mon conjoint au contraire a très bien pris la nouvelle. Moi par contre sa était très dure, mais je me savais incapable d'avorter. J'ai mis 3 mois avant d'aimer ce petit être qui grandissaient en moi. Comme on m'avait dit qu'on pouvais faire une fausse couche a cause du stérilet. J'ai garder cette idée en tête...

Des jours où tout était rose j'étais contente d'être enceinte. Et des jours sans au contraire je le haïssait. Maintenant je m'en veux énormément d'avoir eu ses sentiments envers lui. Cet être qui n'a rien demander, a par de l'amour. Grossesse très difficile jusqu'au bout. J'ai passer 3 semaines a la maternité pour cause de pré-eclampsie. Accouchement difficile mais parfait pour moi. Vient les doutes, les craintes de rentrée chez moi. Comment je vais faire avec mon premier. Tant de questions sans réponses. Vient le moment de la sortie et le commencement de l'enfer. Peur de mal faire, peur d'abandonner mon premier pour mon second, peur de tout. Peur d'être une mauvaise mère. Alors tous les jours c'est la même chose j'essaye au plus possible d'etre avec les deux, si je pouvais me couper en deux je le ferai pour eux... Mais c'est impossible... Alors quand vient la fin de journée, j'ai envie de pleurer, la fatigue prend le dessus et me fait penser que je n'étais pas assez souvent avec le grand, et cette pensée me tue le cœur. Et vient la mauvaise humeur qui se répercute sur les enfants. Je suis beaucoup moins patiente, irritable, et surtout très triste.

Pourtant je les aime de tout mon cœur ces petits anges et il me le rendent super bien il ne pleure presque jamais. Mon premier pleurait deux fois plus. Pourtant je sais pertinemment que je fait les choses bien. Mais pour moi ce n'ai jamais assez... Je n'arrive pas a me dire que je suis une bonne mère. Tant de culpabilité m'assiége en permanence, et je n'arrive pas a savoir d'où sa vient.
Mon premier va avoir 2 ans le 2 décembre et mon second à 3 mois. Je commence a entre voir le bout du tunnel sans aide. Trop peur du regard médical. Il y a des jours où je flanche beaucoup. Mais en me mettant un bon coup de bien au fesse j'arrive à voir la vie du bon côté. Surtout en voyant comment mes enfants me regarde. Je vois tout l'amour qui me porte. Je m'accroche a leurs sentiments comme bouée de sauvetage. En espérant un jour être sauvée de tout ça.

Voilà mon petit témoignages. Merci d'avance. Après si vous trouvez que ce n'est pas très bien et que vous voulez pas le publier je comprendrez ne vous inquiéter pas. Depuis que je connais votre site je me sens déjà moins seule merci pour tous ce que vous faîtes.

C.