Avertissement

Le site web de Maman Blues étant en cours de remaniement, il est possible que certaines pages n'apparaissent pas comme avant. Il ne devrait pas y avoir de dysfonctionnement pendant votre visite mais n'hésitez pas à nous signaler tout problème rencontré, par mail à webmaster@maman-blues.fr.

Il y a deux ans, et deux mois je mettais mon fils au monde. Tout ce que j avais pu ressentir en regardant des accouchements a la télévision n était pas au rendez vous, pour moi, à ce jour si unique.

Déjà ma grossesse s était passée psychologiquement très difficile car mon employeur n était pas content que je soit enceinte...

 

... Tu imagines que tu n auras plus de poste à évolution ! , tu devais passer co responsable alors on va devoir donner le post a quelqu un d autre, tu es enceinte ok mais tu n en feras pas moins que les autres, en faite tu as voulu être enceinte pour être sur d être garder ( j étais déjà en cdi depuis des mois...), mais tu oublies qu on peut virer quelqu un pour incompatibilité d humeur ou manque professionnel, d ailleurs j ai reçu à mes 5 mois de grossesses un avertissement pour manque de productivité ...

Comment se retrouver bien dans sa tête et dans son ventre après de tel mot. Le harcèlement n a jamais pu être puni car personne d autre était avec moi durant ces entretiens individuels, et les collègues ont bien trop peur pour leurs petites personnes. J ai été depuis viré a mon retour de congés maternité par une rupture conventionnelle un peu forcé ...

Apres un accouchement de 15 h très douloureux, ou le travail ne faisait pas avancer bébé , j ai subi une césarienne en urgence pour souffrance fœtal . On m a injecté un peu de morphine et op c est partie. Sauf que j ai pas été correctement endormi , et mon calvaire continua.... Vive le scalpel . La douleur était tellement violente que j ai même pas pu regarder mon enfant a sa sortie, je n en voulais plus.

Le séjour à la maternité était très éprouvant car 6 h après ma césarienne je me levais pour donner à manger et changer bébé . J étais amorphe , très fatigué et en hyper vigilance avec ce petit être qui comptais à chaque instant sur moi. Le retour à la maison c est bien passé mais quelque jour après de grosse crise de panique se faisaient ressentir. Peur de pas pouvoir dormir, de pas savoir faire, j étais fatiguer je ne manger plus. 15 jours après l accouchement j étais a moins 15kg. J ai été hospitalisé en cellule de crise, mis sous médicament pour le stress et antidépresseurs. Le psychiatre a donné son diagnostique : dépression du post partum du a un clivage, manque à la préparation pour devenir mère .

Depuis tout c est arranger, j ai tissé un lien très fort avec mon fils, on se regarde on se comprend on se marre. J ai changé de travail et je suis hyper bien . Avec des gens corrects.

Papa souhaite donner un frère ou une soeur a mon premier...
L angoisse d annoncer ma grossesse à mon employeur reste présente, et l'angoisse de revivre à nouveau cette dépression qui serait désastreux car j aurai deux enfants à m occuper...
J essai de me dire que cette fois je serai mieux préparer car plus de problème au travaille, l angoisse et des vieux fantômes sont présents tout de même . Je me donne encore quelques mois pour envisager plus sérieusement cette grossesse.
Merci de votre aide.

Mélanie