Imprimer

La vie n'a pas été tendre avec ta maman tu sais ma princesse, je n'ai eu de cesse de me relever des épreuves que mes propres parents et ma propre maman m'ont fait supporter. Je me suis toujours dis que ce qui ne nous tuait pas nous rendait plus fort et qu'on sortait enrichi des difficultés et c'est ce qui m'a permis d'avancer. Quand j'ai rencontré ton papa, ça a changé ma vie, il m'a aidée à découvrir celle que je suis vraiment

 

On s'aimait tellement fort que tu es arrivée au creux de mon ventre. Le petit plus sur le test m'a submergée de bonheur et ce n'était rien comparé à ces moments uniques et magiques de te savoir en train de grandir dans mon ventre, de te sentir faire tes premiers mouvements et toute la vie qui t'habitait, de te parler aussi sincèrement que si je me parlais a moi même ...
J'ai vécu cette grossesse comme une expérience transcendante. Je savais que tu serais un bébé parfait et tu l'as été des tes premières heures de vie . Avec ton papa nous avons cru te perdre a l'accouchement, a cause d'une équipe incompétente et inhumaine, mais tu as été très forte et tu nous as épaté par ton courage et ta sérénité dans ta nouvelle vie de bébé.
Nous avons été abîmé par cet épisode, nous avons cru notre coeur se briser en milles morceaux, j'ai cru perdre toute ma substance avant d'être sûre que tu irais bien. Les premiers jours ou je t'ai eue dans mes bras après la réanimation, où nous avons partagés ces moments mere-fille toutes les deux, comme encore liées par un cordon invisible, ou rien ne se dit mais tout se ressent et où tout est compris par l'une et par l'autre, étaient des moments parfaits. Tu as tout de suite été ma fille,mon trésor tellement précieux , mon bébé parfait
Tellement importante que l'angoisse de te perdre ou qu'il t'arrive du mal ne m'a plus lâchée... Les scénarios te voyant en danger se sont mis a être de plus en plus violents et tellement envahissants que je ne pouvais plus dormir , plus penser... Et la tristesse s'est installée insidieusement jusqu'à ce que je ne fasse plus que pleurer, même en te donnant le sein, je regardait ta petite bouille d'ange et malgré cet amour infini, je me noyais dans mes larmes et il était impossible de m'arrêter de pleurer . Ton papa s'est senti délaissé car -petit bout que tu étais, tu avais besoin de ta maman 24h/24 pour survivre- et le peu de répit n'était pas destiné a papa

je me suis sentie perdre mon statut de femme du jour au lendemain, dans des suites de couches qui détruisent tout ce qu'une femme peut avoir de glamour et séduisant. Même le maquillage et le soin que j'apportai a mon apparence ne cachaient pas ma détresse et l'enfer que je traversais . T'aimer de toute mon âme , avoir peur a chaque instant de te perdre, et avoir envie de disparaitre , pour ne plus supporter ce dilemme qui ne devrait pas en être un (être mère ou femme), pour ne plus me poser ces questions qui remontent : " a ton âge , qu'est ce que ma propre maman vivait avec moi ? Comment elle s'y prenait ? ", Et ne pas pouvoir lui poser la question augmentait encore ma souffrance

J'ai senti que quelque chose n'allait pas, mais ce sont les professionnels qui m'entouraient qui s'en sont vraiment aperçus : l'infirmière de la PMI, et la pédiatre qui m'a dit une semaine ou tu as été malade que tu t'étais mise dans cet état pour que je te porte de l'attention afin de que je ne sombre pas... Tu est devenu la personne vigilante, qui prenait soin de moi ... Nouvelle terriblement dure a encaisser. Nous sommes allées dans une unité spécialisée maman-bébé, on m'a aidée, soutenue , relevée et surtout écoutée, on m'a appris a te laisser vivre ta vie de bébé, a avoir confiance en tes ressources et tes capacités, et on m'a appris a prendre soin de moi . Aujourd'hui la fragilité est la, même si la plaie n'est plus aussi béante, tu grandis tu t'epanouies et ça me rends heureuse , mais remettre un pied dans la vraie vie, la société avec ses contraintes, est une nouvelle épreuve qui s'annonce
Courage a toute les mamans qui traversent des difficultés, de quelque nature quelles soit, l'intensité du post partum aiguise bien trop les sens

Alix